Zeus

La mythologie grecque ne peut guère se comprendre sans l'histoire et la personnalité de Zeus. Ce dernier est issu d'une lignée de dieux souverains de l'univers: Ouranos et Kronos sont respectivement son grand-père et son père. Kronos a castré Ouranos et mis fin à son règne; Kronos s'est fait dépossédé de son pouvoir par Zeus. Il a pourtant essayé d'échapper à cette malediction en avalant un à un ses enfants à leur naissance. Mais c'était sans compter sur l'amour maternel de Rhéa qui a voulu sauver son dernier-né en le remplaçant par une pierre. :

Mais, au fur et à mesure que chacun d'eux sortait du ventre sacré de sa mère et arrivait à ses genoux, le grand Cronos les avalait: il avait souci d'éviter que quelque autre des descendants de Ciel (Ouranos) n'exerçât la royauté parmi les immortels. Car il avait apprit de Terre (Gaia) et de Ciel étoilé (Ouranos) que le destin lui réservait de subir la loi de son propre fils, si fort qu'il fût lui-même -ainsi avait décidé le grand Zeus. C'est pourquoi, se tenant à l'affût, il ne cessait de guetter ses enfants pour les avaler. Rhéa, quant à elle, souffrait cruellement. Mais, comme elle s'apprêtait à mettre au monde Zeus, le père des dieux et des hommes, elle supplia ses parents, Terre et Ciel étoilé, d'imaginer avec elle une ruse qui lui permît de mettre au monde son enfant en cachette et de venger les Erynies de son père et de ses enfants avalés par le grand Cronos à l'esprit retors. Terre et Ciel se laissèrent persuader per leur fille; ils lui firent connaître quel destin était réservé au roi Cronos et à son fils au coeur ferme. Puis, comme elle s'apprêtait à mettre au monde le dernier de ses enfants, le grand Zeus, ils envoyèrent leur fille à Lyctos, au gras pays de Crète. Terre énorme voulut bien recevoir l'enfant, le nourrir et l'élever dans la vaste Crète. C'est là que, portant l'enfant par la nuit rapide et sombre, Rhéa était arrivée: d'abord à Lyctos. Alors, le prenant dans ses bras, elle cacha l'enfant dans une grotte profonde, dans les entrailles de la terre divine, aux flancs du mont Aégon que couvre la forêt. Après quoi elle entoura de langes une grosse pierre qu'elle remit à Cronos, puissant seigneur et premier roi des dieux. Celui-ci s'en saisit et la mit en réserve dans son ventre sans se douter, le misérable, qu'en échange de la pierre son propre fils lui retait pour l'avenir, invaincu et libre de toute crainte: c'était lui qui bientôt le détrônerait après l'avoir vaincu par la force de son bras et régnerait parmi les Immortels. Bientôt, le corps éclatant du jeune prince croissait en taille et en vigueur. Au retour de l'année, vaincu par les artifices et la force de son fils, le grand Cronos à l'esprit retors rendit chacun des enfants qu'il avait avalés. Il vomit d'abord la pierre qu'il avait avalée en dernier. Zeus la fixa sur la terre aux larges routes, dans la sainte Pytho, nichée au pied du Parnasse, comme un signe pour les âges à venir, une merveille pour les mortels.

(Trad. Claude Terreaux, 1995)

Zeus est resté connu pour ses multiples frasques amoureuses mais, cependant, la notion clé pour saisir sa place dans la mythologie grecque est celle de la souveraineté. Zeus arrive après deux maîtres de l'univers et la tradition familiale semble vouloir que le fils renverse son père. Zeus ne devrait pas non plus échapper à ce destin. Des oracles prédisaient de certaines déesses qu'elles mettraient au monde un fils plus fort que son père. Zeus avale l'un d'elle, Mêtis, dont il concevra une fille qu'il mettra au monde lui-même par la tête. Une autre de ces divinités , Thétis, est donnée en mariage à un mortel, Pélée, dont elle aura Achille. Zeus réussit donc à asseoir son pouvoir sur les dieux et sur le monde d'une façon définitive. Ce type de récit est connu sous le nom de mythe de souveraineté et on en retrouve le schéma dans plus régions du Proche -Orient.

.


Retour vers la page HERCULE